Modèle photophore papier calque

Dépôt de données: les données rapportées dans le présent document ont été déposées dans le Centre national de l`information sur la biotechnologie, Archives courtes lectures, www.ncbi.nlm.nih.gov/sra (BioProject PRJNA257113). Bien que nous récupérons un soutien phylogénétique étendu pour des origines distinctes pour les photophores dans les calmars, nous avons trouvé des profils globaux d`expression génique chez les adultes des photophores pour être tout aussi semblables chez nos deux espèces cibles que l`expression globale des gènes des organes homologues de ces espèces (Fig. 2). Pour comparer l`expression génique globale des différents organes, nous avons généré 36 transcriptomes distincts d`Illumina provenant de trois femelles matures de chaque espèce étudiée (E. scolopes et Uroteuthis edulis). Pour chacun des six animaux, nous avons séquencé des photophores plus cinq organes homologues non controvisés, dont beaucoup partagent des similitudes physiologiques ou structurelles avec des photophores bactériens (œil, cerveau, branchiale, peau, ANG). Les transcriptomes photophore — même à partir de différentes espèces — étaient statistiquement plus semblables les uns aux autres qu`à tout autre tissu séquencé — y compris l`ANG — comme en témoigne chacune des trois mesures de distance différentes (rang de Spearman, cosinus et distance Bray – Curtis; sous chaque mesure P < < 0,001). Étonnamment, sous les mesures cosinus et Bray – Curtis, la distance d`expression génique globale entre les photophores est indiscernable de la distance entre les niveaux d`expression de tout organe homologue des deux espèces, en moyenne (Fig. 2 et appendice SI, Fig. S4). Nous avons ensuite utilisé l`ordination pour quantifier la quantité de signal tissulaire spécifique contenue dans les transcriptomes.

Un tracé des principaux composants extraits des transcriptomes 36 indique que la variation de l`expression génique attribuable à l`identité tissulaire est presque équivalente à la quantité due aux différences d`espèces (appendice SI, Fig. S5). La mise à l`échelle multidimensionnelle non métrique des bibliothèques 36 a révélé une agrégation étonnamment étroite non seulement dans les types de tissus homologues, mais aussi dans les photophores non homologues (appendice SI, Fig. S5). Le degré considérable de signal transcriptomique partagé entre les structures convergentes, malgré une divergence d`expression génétique globale évidente entre les deux espèces, nous a amenés à émettre l`hypothèse que les profils d`expression génique des photophores d`une espèce peut suffire à prédire l`identité tissulaire du transcriptome phylogénétique non homologue de photophore d`une autre espèce. Tours de papier et de couleur jut dans l`espace du spectateur invitant les interactions ludiques entre le spectateur et ce monde conçu. Ces constructions interrogent la notion de flambées microbiennes et leur similitude avec la représentation visuelle des ondes sonores, les transformant en quelque chose de plus ludique et d`invitant. Contributions de l`auteur: M.S.P. et T.H.O. conçurent l`étude; M.S.P. et T.H.O. ont conçu la recherche; M.S.P.